1969

Lamborghini Miura P400 S

Numéro de châssis : 4155
Moteur : moteur V-12 d’origine, transmission d’origine et matching numbers

1965

Iso Grifo A3/C

Numéro de châssis : B-0216
Couleur : vert pomme (Mela Verde)  – Km : 22699

1963

Ferrari 250 GT / Lusso

Numéro du châssis et du moteur: 4735 GT
Couleur : Pino verde avec intérieur beige

1961

Jaguar Type E 3.8L Cabriolet série I

Numéro de série : 875232
Numéro du moteur : R 1357-9

1968

Land Rover Series II A 4x4

Numéro de châssis : 32300558D – Moteur : moteur diesel 2286 cm3 de 62 CV
Boîtier de vitesses manuelles – Couleur : blanc et bleu-vert clair

1975

Land Rover Serie III

Date de construction : 1975
Numéro de série : 90422383A/78 Moteur : 4 cylindres en ligne

1981

Ducati 900 SS

Numéro du châssis : 091260
Numéro du moteur : 093816

1957

Fiat 600 Multipla

Numéro de châssis : 100 108 008524
Couleur : bleue et ivoire

1972

Fiat 500L

Numéro de châssis : 6086164
Couleur : jaune

1963

Bentley S3 Continental

Numéro du châssis : B 236 CN
Numéro du moteur : BCN 118

1954

Porsche 356 Pré-A 1600 Speedster

Numéro de châssis : 80058 – Moteur : 1600 cm3
Couleur : gris foncé – intérieur couleur tabac

1965

Iso Grifo A3/C

tmp-iso-bg-1

UNE légende

L’ingénieur Giotto Bizzarrini a débuté sa carrière parmi les plus grands constructeurs italiens des années 60 : Alfa Romeo, Fiat, Ferrari, Lamborghini et Iso Rivolta. Poursuivant sa carrière, il décide en 1964 de créer sa propre compagnie et de produire des voitures de courses, son sujet de prédilection. Avec l’aide financière de Rivolta, Bizzarrini dessine la voiture de ses rêves : l’alliance parfaite d’un moteur Chevrolet V8 et d’une carrosserie en aluminium aux rivets apparents. La première version s’appellera A3/L et sera très vite changée en A3/C (C pour Corsa). A partir de ce moment, une légende était née.

Voir la galerie photo
0 / 14

Techniquement, l’A3/C est construite sur le même châssis que l’Iso Rivolta (une autre voiture dessinée par Bizzarrini), mais raccourci. Le moteur est positionné à l’avant mais extrêmement reculé (de 40 cm environ) pour améliorer la répartition du poids de la voiture et arriver à un équilibre 50/50 entre l’avant et l’arrière. La carrosserie est en aluminium, rivetée au châssis (environ 7000 rivets). La voiture est extrêmement surbaissée et peut atteindre une vitesse de pointe de 290 km/h. Ce modèle a été présenté pour la première fois à Turin en 1963 et a participé aux 24h du Mans en 1964 et 1965.

Malgré le vif succès que rencontre ce modèle, Bizzarrini se retrouve submergé financièrement et arrête définitivement sa production en 1969. Il produit en tout une vingtaine d’A3/C et une cinquantaine de 5300 (la version suivante). Cet arrêt précipité entrainera un regain d’intérêt parmi les connaisseurs ; désormais, être le propriétaire d’une « Bizzarrini » est un privilège rare.

Cette voiture a pour numéro de châssis B-0216 et a été vendue neuve en 1965 au concessionnaire allemand Auto-Decker. La voiture est retournée dans les ateliers Bizzarrini dans les années 70 suite à un accident. Le propriétaire décide alors de la rénover suivant les nouvelles normes de la Bizzarrini 5300 et de la peindre en noir.

Peu de temps après, la voiture part aux Etats-Unis, où elle appartiendra à Kevin Rogers et ses partenaires, Scott Stupay et Mark Moshayedi (tous hommes d’affaires et collectionneurs de renom).

FICHE TECHNIQUE

  • Date de construction : 1965
  • Numéro de châssis : B-0216
  • Couleur : vert pomme (Mela Verde)
  • Km : 22699
tmp-iso-bg-2

En 2013, M. Moshayedi envoie la voiture dans les ateliers de Salvatore Diomante, ancien chef d’atelier de Giotto Bizzarrini, pour une rénovation complète. La voiture retrouve sa configuration ainsi que sa couleur d’origine : vert pomme (la fameuse couleur Mela Verde des ateliers Lamborghini).

Cette voiture est remarquable aussi bien au niveau esthétique que mécanique. Sous le capot, on retrouve un moteur de 400 CV. Elle est, de plus, extrêmement bien documentée et fait l’objet d’un article dans le magazine Classic & Sports cars d’avril 2015.

Giotto Bizzarrini réussit un incroyable challenge en tant que constructeur indépendant. Sa production fut certes éphémère mais exceptionnelle. Il ne créa pas seulement l’une des plus belles voitures de course, il créa une légende.

Documents & archives